Freelance : quelles charges faut-il prévoir ?

Charges mensuelles en freelance

Se lancer en freelance, ce n’est pas fondamentalement difficile ! Cela dit, il faut savoir que même en freelance, il y aura un certain nombre de charges mensuelles à prévoir.

Le statut de base, c’est celui de micro-entrepreneur (anciennement auto-entrepreneur). Il est d’ailleurs très souple en termes de fonctionnement, donc idéal pour démarrer.
Pas besoin d’expert-comptable, peu de formalités administratives… En gros, on bosse, on facture !

C’est simple sur le papier, mais en réalité c’est un peu plus compliqué.
C’est pourquoi je te partage la meilleure solution que j’ai pu trouver pour ne jamais perdre d’argent. C’est tout simple : être au clair avec tes dépenses prévisionnelles. 💶


Si tu connais, à chaque début de mois, les charges inhérentes à ton statut, crois moi cela sera un vrai atout pour ton business ! Tu pourras dormir tranquille : finis les mois dans le rouge car tu n’avais pas prévu telle ou telle charge. 💤

🎁Pour t’aider à y voir plus clair, j’ai essayé ci-dessous d’établir une liste de tous les frais que je dois prévoir mensuellement. Tu pourras naturellement t’en inspirer.

Bon à savoir : les % de cotisations diffèrent selon ton activité. Renseigne-toi sur l’un des sites d’accompagnement des auto-entrepreneurs pour savoir dans quelle catégorie tu entres. Egalement, si tu viens de te lancer, tu bénéficies certainement d’exonérations de charges. De récentes réformes ont modifié leur montant, renseigne-toi bien pour les connaître.

Pour ma part, je suis graphiste – webdesigner : mon activité est qualifiée de mixte : prestation de service et achat-vente. Et comme je suis en freelance depuis presque 8 ans, je n’ai plus d’exonération de charges. 

Les charges obligatoires en freelance

Les frais mensuels

  • Frais bancaires (carte bancaire + compte professionnel) : environ 10€/mois
  • Cotisations sociales pour la prestation de service : 23% de mon chiffre d’affaires
  • Cotisations sociales pour la vente de marchandise : 13% de mon chiffre d’affaire 
  • CFE (cotisation foncière des entreprises) : ±75€/mois (payable en totalité en fin d’année, attention elle varie en fonction de la localisation de votre bureau)
  • Téléphone : 35€/mois
  • Impôt sur le revenu : difficile de te donner un montant précis, mais si tu pars sur 10% de ton chiffre d’affaire tu ne devrais pas être très loin. 

Si tu dépasses le plafond de 33 200€ HT :

  • Logiciel de comptabilité : 60€/mois

Ayant dépassé le plafond de 33 200€ HT, je dois dorénavant appliquer la TVA dans ma facturation.
J’ai suis donc dans l’obligation d’avoir un logiciel de comptabilité.

💻Il en existe plusieurs, pour ma part j’utilise la solution EBP.

Mes conseils avant de te lancer :

👍Ouvres un compte bancaire professionnel, exclusivement dédié à ton activité. L’ensemble des prestations te seront versées sur ce compte, tout comme tes achats d’ailleurs. Ton bilan comptable sera beaucoup plus simple à réaliser.


🗒Même sans dépasser le seuil de 33 200€ HT, tu dois tenir un livre des recettes. Ce document devra répertorier l’ensemble des recettes de ton entreprise. En cas de contrôle, l’administration fiscale te le demandera.


La déclaration à l’URSSAF

La première déclaration qui te concerne est la déclaration de chiffre d’affaires. Tu devras la faire tous les mois ou tous les trimestres (selon ton choix) sur le portail des auto-entrepreneurs. Pour ma part, je déclare mon chiffre d’affaires au trimestre.

Sur le portail de l’URSSAF qui réservé aux auto-entrepreneurs, tu devras donc reporter le chiffre d’affaire réalisé sur la période choisie (mois ou trimestre). Le montant de tes cotisations sera automatiquement calculé.

La déclaration aux impôts

Concernant tes impôts sur le revenu, tu rempliras une fois par an, la déclaration 2042C PRO. Elle te permettra de déclarer l’ensemble de tes revenus professionnels encaissés sur l’année. Tu devras la transmettre auprès de ton centre des impôts.

Le statut d’auto-entrepreneur ou micro-entrepreneur ne permet pas de déduire tes charges réelles de ton chiffre d’affaires.

Du coup, l’administration fiscale réalise par défaut une estimation de ces frais. Dans mon cas, c’est 34%.

Plus clairement, les impôts réaliseront un abattement de 34% sur ton chiffre d’affaire. Par exemple : Si tu as déclaré 10000€ cette année, les impôts ne retiendront que 6600€ (10000€ – 34% = 6600€). Ta base imposable sera donc 6600€. Evidemment, tu ne paieras pas 6600€ d’impôts ! Ils seront calculés sur cette base-là.

Si tu veux en savoir plus, et avoir une simulation précise, je te conseille de te rapprocher d’un expert-comptable.

Les charges facultatives en freelance

  • Nom de domaine + hébergement de mon site : ±50€/mois
  • Prévoyance professionnelle / mutuelle professionnelle : 35€/mois
  • Protection juridique (fortement conseillée) : 21€/mois
  • Responsabilité civile professionnelle (facultatif dans certains cas, mais fortement conseillée) : 35€/mois
  • Frais de co-working : 150€/mois

Attention, si certaines charges ne sont pas légalement “obligatoires”, elles sont tout de même vivement conseillées ! Mutuelle, Responsabilité Civile Professionnelle et Protection juridique : cela peut t’éviter des déconvenues et assurer ta sécurité.


Pour récapituler, mets bien au clair tes charges fixes :

  • Prévoyance / Mutuelle / RC Professionnelle 
  • Cotisations bancaires
  • Abonnement internet + téléphone
  • Cotisations et impôts selon si tu réalises du chiffre d’affaires, et selon la récence de ta création de statut

Sans pour autant oublier tes charges exceptionnelles

  • Abonnement co-working
  • Hébergement et nom de domaine si tu crées un site web pour ton activité 

Comme je le disais, connaître tes charges mensuelles te permettra d’y voir plus clair, et de te fixer des objectifs de CA qui en tiennent compte. 

Si tu as déjà calculé tes charges, je t’invite à découvrir les bases pour réussir ton activité en freelance !